Menu Fermer

Qui sont les plus grandes stars du jazz ?

Le jazz, qui trouve ses racines dans l’époque coloniale, est l’une des musiques afro-américaines les plus écoutées dans le monde. Il s’agit d’un métissage culturel entre les musiques traditionnelles africaines, les chansons populaires américaines, les chants religieux protestants (européens) et surtout les chants de travail « Work Song » des esclaves noirs.

Louis Armstrong (trompettiste)

Né en 1901 à La Nouvelle-Orléans, Louis Armstrong figure parmi les plus grandes stars du jazz. Il a grandi dans la terre de naissance de cette musique, La Louisiane. Il devient le chef d’un petit quatuor vocal à l’âge de 12 ans avant de finir dans une maison de redressement. C’est dans cet endroit qu’il apprit à jouer des instruments de musique notamment le cornet et qu’il devient le chef d’orchestre du refuge. C’est surtout grâce à Henri Ponce (un français) que Louis Armstrong a pu développer son talent de musicien en jouant des blues pour les pensionnaires et la clientèle de Chez Ponce. Pour survivre, il va vendre du charbon à la criée pendant six mois et a travaillé dans un restaurant de Canal Street en tant que plongeur. La vie de Louis Armstrong a basculé depuis sa rencontre avec King Olivier dans le cabaret célèbre de La Nouvelle-Orléans appelé « Pete Lala’s Hall ». Il lui a en effet donné des leçons de cornet comme le phrasé moderne de son instrument. Après avoir quitté King Olivier, Louis forma son propre orchestre avec Joe Lindsey (batteur), un trombone et un clarinettiste. En 1918, il prend la place de King Olivier dans l’orchestre de Kid City. Il faut retenir que c’est ce trompettiste qui a interprété « What a Wonderful World » en 1967.      

Duke Ellington (pianiste)

L’enregistrement de l’Original Dixieland Jass Band en 1917 marque l’histoire du jazz. Certes, ce disque a été enregistré par un groupe de musiciens blancs, mais les Afro-Américains ont joué un rôle majeur dans la démocratisation de la culture du jazz. Duke Ellington fait sûrement partie des grandes stars du Jazz. Malgré le fait qu’il ne soit pas l’un des musiciens noirs les plus riches de son époque, il reste l’un des précurseurs de cette musique. Il s’est fait un nom dans les années du Swing (1930). En effet, il devint rapidement un chef d’orchestre, un pianiste et un compositeur hors pair avec cinquante ans de carrière. C’est Duke Ellington qui a aidé Ella Fitzgerald à trouver son public. Il a composé Satin Doll (1953), It don’t Mean a Thing (If It Ain’t Got That Swing) (1932), In a Sentimental Mood (1935), Caravan (1936), I Got it Bad and That Ain’t “Good” (1941). En tout cas, c’est le roi du jazz orchestral « big band ».

Charlie Parker (saxophoniste)

Charlie Christopher Parker Jr. est née le 29 mars 1920 à Kansas City (12/03/1955). C’est un saxophoniste alto du jazz « Bebop » et un compositeur américain talentueux. Sa carrière a commencé à l’âge de 14 ans (en 1931) en intégrant l’orchestre de son collège. Six ans plus tard, il rejoint le groupe de pianiste Jay McShan afin de réaliser ses premiers enregistrements. En 1939, il rencontra le pianiste Art Tatum qui lui permettra de développer son talent musical. Ce musicien afro-américain a travaillé avec Dizzy Gillespie (trompettiste), Thelonious Monk (pianiste), Charlie Christian (guitariste), Max Roach et Kenny Clarke (batteurs) lors des « jam-sessions » organisées dans les clubs de Harlem et de la 52e rue de New York pour créer un nouveau style de jazz appelé « Bebop ». Leurs enregistrements de 1945 ont contribué à la démocratisation de ce dernier. Malgré le fait qu’il a déjà été interné pendant six mois dans un hôpital psychiatrique en 1946, il a réussi à enregistrer de nouvelles sessions pour les labels Savoy et Dial avec « Charlie Parker Septet » et son « Classic quintet ».